Se bâtir une philosophie

Depuis la création de ce blog, écrivant des poésies, parlant de création d’écriture, de son origine, citant des auteurs et des philosophes, il me semble qu’une idée se développait, que se bâtissait une philosophie, « ma » philosophie. Je serais bien présomptueux de dire que je suis devenu un philosophe (à ce propos, je vous conseille d’écouter l’émission du vendredi de l’émission les « Chemins de la philosophie » sur France Culture où des philosophes sont invités à parler de leur « métier »). Je suis sans doute devenu d’abord philosophe avant d’être un philosophe, n’ayant aucune légitimité, sans diplôme, pour enseigner par exemple. Bâtir une philosophie, par rapport à soi et au monde, s’est fait dans mon cas en reliant ces écrits avec des expériences intérieures, intimes. Cette construction a permis de (re)donner du sens et une conduite de vie. Sans que cela soit calculé et réfléchi.

Il est des hasards que l’on n’attend plus et qui arrivent, même tard. Je ne voudrais pas m’étendre sur une expérience personnelle qui plus est intime. Mais cela montre à quel point toute recherche de la vérité fait se rencontrer d’un côté un être avec ses affects, sensations, intuitions et, de l’autre, des idées, concepts, des constructions déjà bâties venant du passé qui éclairent et des auteurs reconnus.

On ne peut pas créer soi-même sa ou une philosophie en ne partant de rien. A moins d’y passer sa vie, de la naissance jusqu’à la mort et dire, à la fin, « voilà ce que je crois, regardez mon parcours, mon comportement, j’estime, sans qu’il soit un modèle, qu’il est néanmoins louable ou tout du moins respectable ».

J’ai souvent évoqué le nom de l’essayiste philosophe Roland Barthes dans ce blog et j’avoue que, malgré qu’il soit mort depuis près de 40 ans, ses écrits ont permis de rectifier une trajectoire de vie qui aurait pu s’avérer fatale. Pour tenter de savoir ce qui se joue dans ce qui vous arrive, quand vous n’avez pas les explications, les mots ou éventuellement les conseils de spécialistes, vous devez aller chercher par vous-même et faire un travail d’enquête.

Quand le problème est ressenti au plus profond de votre être, c’est plus facile. Pas besoin de traitement, ni de médecin. Mais des livres, des lectures, des paroles, des pensées construites, intuitives et logiques suscitant l’interrogation, la réflexion. Et des livres de philosophie surtout ! Qui peut mieux que les penseurs donner quelques voies de sortie pour repartir sur une route plus sereine, avec en prime de l’entrain et de l’optimisme !

Depuis ce blog, mes raisonnements, mes échanges avec mon entourage se sont améliorés. Mieux, lors des fins de soirée, lorsqu’on refait le monde entre amis, je peux exposer de la manière dont je réussis à vivre dans ce monde si difficile, en acceptant bien sûr des autres leurs objections et leurs propres visions. C’est bien cela la philosophie… non pas seulement celle apprise au Lycée (désolé pour les Terminales qui font la rentrée des classes demain !), mais celle que vous prenez le temps de construire par vous-même aux travers des lectures et de vos propres expériences.

(1/09/2019)

Publié par

georgescinq

Passionné de littérature et de philosophie, j'écris de la poésie, des articles et de la prose que je voudrais faire partager. Ce blog ouvert le 26 décembre 2017 où quelques créations sont mises en ligne va s'enrichir progressivement d'autres éléments comme des photos, des liens vers d'autres sites, textes d'auteur.e.s... (en respectant la propriété intellectuelle).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s