Romancier sous surveillance

C’est donc cela. Je viens de comprendre en profondeur, ce qu’intuitivement je percevais en surface. Les silences gênés, les questions prêchant constamment le faux, des conversations immergées dans un bain d’hypocrisie, conduisant inéluctablement à des clashs.

Puis, le silence, plus d’appels, plus de visites pas plus que d’invitations. Une ambiance mortifère de haines, de rancœurs, de jalousies, contrebalancée par de la médisance méticuleusement entretenue.

Et là, il me semble que je suis complètement dans l’air du temps littéraire, sans me vanter. Pourtant quand j’annonçais vouloir écrire le roman de ma vie, je ne pensais pas à mal. Car, c’est dans cet exercice d’introspection créatrice que je me sens le plus à l’aise, que j’ai du plaisir à écrire. Je ne me vois pas raconter une histoire imaginaire, c’est pas mon truc.

J’imagine que beaucoup de proches (familles et ex amis) ont sonné le tocsin et ont pensé : ça y est, il va tout balancer ! Balancer quoi ? Évidemment, quand on évoque sa vie, l’entourage et notamment sa famille sont amenés à apparaître dans ce roman autobiographique. Et quand cette famille est passablement déjà éparpillée « façon puzzle », avec en sus, des questions d’héritage en jeu (normal !), on comprend que l’on ait peur de s’en prendre pour son grade.

Que Nenni ! Et d’ailleurs, que dévoile le début du « roman digital gratuit et expérimental à épisodes » « La vie recommencée » dont ils ont si peur ?

Pas grand-chose de très croustillant à vrai dire. Je parle surtout de moi et c’est un peu moi qui prend des risques, littérairement parlant. Et quand je parle des proches sous des prénoms d’emprunt, c’est plutôt pour les flatter que pour les accuser ou les renier. Mais de quoi ont-ils peur ? Il n’y a véritablement pas de secrets de famille à ma connaissance, à part cette maladie que j’ai vécue, mais c’est de notoriété publique et je n’en ai pas honte.

L’avantage de ce roman en ligne est qu’au fil de l’écriture, on ait constamment au-dessus de son épaule le lecteur qui vous juge et, quelquefois, vous demande de rectifier, de changer ou d’arrêter immédiatement. Ce n’est pas comme le roman autobiographique de Yann Moix qui sort brutalement et, telle une bombe atomique , explose toute la haine d’un coup, déclenchant une déflagration si importante qu’elle ratatine tous les autres (bons) livres de la rentrée. Moi, au moindre signe, je suis prévenu que ça va pas être possible, pour l’instant en tout cas et j’arrête ou je me radoucie.

En fait, ce n’est pas que je plie, que je m’abaisse, que je me couche. C’est que vraiment, ça n’en vaut pas la peine. Le problème qui se passe, je pense, n’est pas dans la possibilité de dénoncer des choses factuelles (comme les sévices qu’auraient reçus les Moix dans leur enfance) mais d’entretenir cette haine qui ne prend aucunement sa source dans les problèmes de ma vie et de la leur. C’est une manière de détourner les choses. A moins qu’ils aient véritablement des secrets que j’ignore et, dans ce cas, ils ont des choses à cacher…

Alors voilà. J’ai décidé d’arrêter ou de suspendre « La vie recommencée » (de publier sur ce blog en tout cas). Mais je continuerai à écrire et cette partie de moi qui reste attachée à mes racines familiales mais aussi à mes amis proches ou lointains, s’exprimera et se livrera sous d’autres formes. La chance de l’écriture est qu’elle est libre et qu’elle s’invente chaque jour.

(18/9/2019)

Publié par

georgescinq

Passionné de littérature et de philosophie, j'écris de la poésie, des articles et de la prose que je voudrais faire partager. Ce blog ouvert le 26 décembre 2017 où quelques créations sont mises en ligne va s'enrichir progressivement d'autres éléments comme des photos, des liens vers d'autres sites, textes d'auteur.e.s... (en respectant la propriété intellectuelle).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s