Amie Amour

Il faut que je me souvienne
Quand je t’ai serrée dans mes bras
Tu pleurais et je t’ai consolée

J’avais disparu et t’avais oubliée
Le temps d’une après-midi
Pour toi une éternité

Les yeux rougis de colère et de tristesse
Tu ne cherchais pas à savoir où j’étais
Simplement ton cœur souffrait

Enlacés, tes larmes chaudes
Coulaient dans le cou
Ton amour débordait d’un coup

Puis, les gestes et les mots sont venus
T’étreindre et sentir le puissant Amour
Me donner la force de ne pas sombrer moi aussi

Comme un père avec son enfant
Savoir être celui qui est présent
Quoiqu’il arrive dans ce moment

Mais, plus encore, devenir l’aimant
Transformer l’amourette vers le sentiment
Donner un signe puissant se révélant

Jamais je n’oublierai cet instant
Quand la sincérité des sentiments
Surgit magiquement.

(8/11/2019)

Publié par

georgescinq

Passionné de littérature et de philosophie, j'écris de la poésie, des articles et de la prose que je voudrais faire partager. Ce blog ouvert le 26 décembre 2017 où quelques créations sont mises en ligne va s'enrichir progressivement d'autres éléments comme des photos, des liens vers d'autres sites, textes d'auteur.e.s... (en respectant la propriété intellectuelle).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s